/81
- N'importe comment, du cinéma- page 1
- N'importe comment, du cinéma- page 2
- N'importe comment, du cinéma- page 3
- N'importe comment, du cinéma- page 4
- N'importe comment, du cinéma- page 5
- N'importe comment, du cinéma- page 6
- N'importe comment, du cinéma- page 7
- N'importe comment, du cinéma- page 8
- N'importe comment, du cinéma- page 9
- N'importe comment, du cinéma- page 10
- N'importe comment, du cinéma- page 11
- N'importe comment, du cinéma- page 12
- N'importe comment, du cinéma- page 13
- N'importe comment, du cinéma- page 14
- N'importe comment, du cinéma- page 15
- N'importe comment, du cinéma- page 16
- N'importe comment, du cinéma- page 17
- N'importe comment, du cinéma- page 18
- N'importe comment, du cinéma- page 19
- N'importe comment, du cinéma- page 20
- N'importe comment, du cinéma- page 21
- N'importe comment, du cinéma- page 22
- N'importe comment, du cinéma- page 23
- N'importe comment, du cinéma- page 24
- N'importe comment, du cinéma- page 25
- N'importe comment, du cinéma- page 26
- N'importe comment, du cinéma- page 27
- N'importe comment, du cinéma- page 28
- N'importe comment, du cinéma- page 29
- N'importe comment, du cinéma- page 30
- N'importe comment, du cinéma- page 31
- N'importe comment, du cinéma- page 32
- N'importe comment, du cinéma- page 33
- N'importe comment, du cinéma- page 34
- N'importe comment, du cinéma- page 35
- N'importe comment, du cinéma- page 36
- N'importe comment, du cinéma- page 37
- N'importe comment, du cinéma- page 38
- N'importe comment, du cinéma- page 39
- N'importe comment, du cinéma- page 40
- N'importe comment, du cinéma- page 41
- N'importe comment, du cinéma- page 42
- N'importe comment, du cinéma- page 43
- N'importe comment, du cinéma- page 44
- N'importe comment, du cinéma- page 45
- N'importe comment, du cinéma- page 46
- N'importe comment, du cinéma- page 47
- N'importe comment, du cinéma- page 48
- N'importe comment, du cinéma- page 49
- N'importe comment, du cinéma- page 50
- N'importe comment, du cinéma- page 51
- N'importe comment, du cinéma- page 52
- N'importe comment, du cinéma- page 53
- N'importe comment, du cinéma- page 54
- N'importe comment, du cinéma- page 55
- N'importe comment, du cinéma- page 56
- N'importe comment, du cinéma- page 57
- N'importe comment, du cinéma- page 58
- N'importe comment, du cinéma- page 59
- N'importe comment, du cinéma- page 60
- N'importe comment, du cinéma- page 61
- N'importe comment, du cinéma- page 62
- N'importe comment, du cinéma- page 63
- N'importe comment, du cinéma- page 64
- N'importe comment, du cinéma- page 65
- N'importe comment, du cinéma- page 66
- N'importe comment, du cinéma- page 67
- N'importe comment, du cinéma- page 68
- N'importe comment, du cinéma- page 69
- N'importe comment, du cinéma- page 70
- N'importe comment, du cinéma- page 71
- N'importe comment, du cinéma- page 72
- N'importe comment, du cinéma- page 73
- N'importe comment, du cinéma- page 74
- N'importe comment, du cinéma- page 75
- N'importe comment, du cinéma- page 76
- N'importe comment, du cinéma- page 77
- N'importe comment, du cinéma- page 78
- N'importe comment, du cinéma- page 79
- N'importe comment, du cinéma- page 80
- N'importe comment, du cinéma- page 81

À suivre...



Ce récit vous a plu ?


Dites merci à Rémi Lucas
avec un peu d'amour !

2

Diffusez la bonne parole

Rémi Lucas

1972 : Naissance en Bretagne, un an jour pour jour avant la mort de John Ford.
1979 : Premier film marquant vu au cinéma : Le Gendarme et les extraterrestres. Autre film marquant vu au cinéma la même année : Le Trou Noir (je me fais arnaqué en croyant qu’il s’agit de la suite de la Guerre des Etoiles que du reste je n’ai pas vu.)
1993 : Service militaire où je m’ennuie tellement à l’armurerie que je dessine des bandes dessinées.
1994 : Rentre aux Beaux Arts de Poitiers. Y rencontre Thomas Dupuis (alias Otto T.)
1995-96 : Participe au premier numéro du fanzine FLBLB lancé par Otto T. Recontre Grégory Jarry.
1998-99 : Réalise au sein des Beaux Arts (devenus École de l’image) des vidéos de détournements (BD de gare, Romans photos, Westerns, films noirs...)
2000 : Premiers comix aux futurs éditions FLBLB : Les Aventures de Tintin et moi
2002 : Le compagnon des compagnons de la chanson (FLBLB)
2003 : Je m’emporte assez facilement (FLBLB)
2004 à 2012 : diffuse de la main à la main ou sur abonnement le mini fanzine "The Rémi Lucas Comix Show" (100 numéros réunis en album chez FLBLB en 2013)
2005 : Les Rois de la Rumba (FLBLB)
2007 : Qui vous a dit que j’étais mort ? (FLBLB)
2008 : Première participation aux 24h de la BD GrandPapier !
2013 : L’Amer édenté chez L’Employé du Moi (reprise de l’histoire dessinée pendant les 24h en 2009)
2017 : Du Cinéma pour le Dessert (FLBLB) dont quelques pages sont prépubliées sur GrandPapier.
2020 : Participation régulière au fanzine en ligne Déconfetti (http://deconfetti.biz.st) avec le feuilleton : Les Régions reculées du cerveau (toujours en cours)
2021 : Le Coup de Boule est parti tout seul (avec Otto T. aux Editions FLBLB)


contacter

Autres bandes dessinées de Rémi Lucas

A strange feeling of déjà vu

Vite, improviser quelque chose... Des images qui me reviennent.

#Poétique#Humour#Action
24 1

Les faubourgs d’Artville

Artville est une cité où rien ne se passe comme ailleurs. Ici, on va à l’école en chaussons, les voitures freinent à retardement, on tombe (...)

13 1

Autres récits classés dans #Autobiographie

Coulisses

24h de la BD,Une bonne bouffée d’angoisse juste après l’annonce du sujet, qui se dissipe peu à peu grâce à l’ambiance chaleureuse. Au creux (...)

#Onirique#Autobiographie
24 31

Tirliri

Planches proposées pour le concours Jeunes Talents 2018

#Poétique#Drame#Autobiographie
0

Soirée

Séquence tirée de "l’athamé", récit d’autofiction micro-édité à 20 exemplaires. Elle me tenait à coeur, c’est pour ça que je l’ai (...)

#Autobiographie#Romance
4 3