/27
- L'épuisement- page 1
Au début, on pouvait parler de simples somnolences.
- L'épuisement- page 2
Au bureau, à force d’assoupissements, mon rendement s’en ressentait déjà.
- L'épuisement- page 3
Chez moi, de plus en plus, je me couchais de bonne heure.
- L'épuisement- page 4
Et je me levais chaque jour plus péniblement, au dernier moment.
- L'épuisement- page 5
Après quelques retards, je n’allais plus au travail.
- L'épuisement- page 6
Un matin, le médecin me rendit visite et me prescrit, comme une formalité quelques cachets pour la tension. Sans effet ! Le sommeil s’intensifiait.
- L'épuisement- page 7
Les temps d’éveil diminuaient. Par prévoyance, j’achetais des tas de provisions.
- L'épuisement- page 8
En rentrant, je m’écroulais sur mon lit. Je ne le quittais plus.
- L'épuisement- page 9
On a téléphoné, j’étais renvoyé. Je ne m’en faisais pas, je dormais. Quand on dort, on ne s’en fait pas.
- L'épuisement- page 10
On a peut-être sonné, un collègue ou l’autre, je n’ai rien entendu.
- L'épuisement- page 11
C’est mieux ainsi, il m’aurait emmené, contre mon gré, à l’hôpital.
- L'épuisement- page 12
Les hôpitaux, je les déteste. Mes collègues aussi.
- L'épuisement- page 13
Et puis surtout, il ne doivent pas me voir. Pas dans cet état.
- L'épuisement- page 14
Le sommeil agissait, à la fois comme une volupté et comme une condamnation. Par la fente de la porte, des factures et des rappels.
- L'épuisement- page 15
Le téléphone fut coupé. De toute façon, à qui téléphoner ?
- L'épuisement- page 16
Pas à mes collègues ! Pas à ma famille, trop éloignée, trop vite inquiète !
- L'épuisement- page 17
L’eau fut coupée, puis le courant.
- L'épuisement- page 18
Une odeur se dégageait, celle du logement, de la vaisselle amoncelée, des déchets accumulés, et la mienne.
- L'épuisement- page 19
De rares moments d’éveil. Il me permettaient, mais jamais d’avantage, de me sustenter, de me soulager.
- L'épuisement- page 20
Sauf vers la fin. C’était gênant, pour l’estomac et pour l’hygiène.
- L'épuisement- page 21
Les provisions furent elles aussi, épuisées.
- L'épuisement- page 22
Je me traînais dehors, amaigri, jusqu’à une impasse toute proche.
- L'épuisement- page 23
Je me coinçais, me cachais, presque de honte, entre deux poubelles.
- L'épuisement- page 24
J’espérais trouver, à chaque réveil, quelques résidus alimentaires.
- L'épuisement- page 25
Quand on sortait les poubelles, je dormais. Quand on les enlevait, je dormais.
- L'épuisement- page 26
Sans réelle notion de durée, j’en déduisais cependant que mes temps de sommeil étaient longs.
- L'épuisement- page 27
J’ai du mourir pendant l’un deux.


Ce récit vous a plu ?


Dites merci à William Henne
avec un peu d'amour !

1

Diffusez la bonne parole

William Henne

Autres bandes dessinées de William Henne

Pedigree

J’ai fait ce rapprochement entre l’adolescence et cette publicité qui tournait sur les télévisions françaises dans les années septante et (...)

#Reportage - documentaire
4

Autres récits classés dans #Onirique

Les seins de Lénine

Cette courte et absurde histoire pose néanmoins une question fondamentale cent ans après le mois d’octobre 1917 : et si Lénine avait été (...)

#Fantastique#Onirique#Poétique
5

Une histoire sans queue ni sexe

Une histoire pour Choc Exotico Sous Culturel #3

#Erotique#Humour#Expérimental
5 1

Traveler’s Suitcase

This is a silence book, talking about the relationship between each individual and the larger society. It is dedicated to all these (...)

#Expérimental#Autobiographie#Jeunesse
0

cri cherche bouche

la fin est proche, encore. guerre, catastrophes, etc... rumeur court pour sauver sa peau. elle est seule.

#Aventure#Action#Onirique
60

Portes

"Pour lui, cette porte dans le mur était une porte véritable, menant, à travers un mur véritable, vers les réalités immortelles." H.G. (...)

#Onirique#Quotidien#Fantastique
12